« J’ai découvert l’agilité dans la douleur » Geoffrey GUILLOCHIN

Geoffrey GUILLOCHIN - Coach agile

Interview de Geoffrey GUILLOCHIN – Coach agile

 

Salut Geoffrey, pour commencer, pourrais-tu nous parler de toi et de ton métier ?

Salut Martial, comme tu l’as très bien dit moi c’est Geoffrey. Aujourd’hui j’ai plusieurs métiers, notamment celui d’être Papa et de gérer une école de danse mais je pense que nous nous voyons pour l’autre métier : je suis également coach Agile la journée, avec pour focus principal d’aider les personnes et les équipes à travailler plus confortablement. J’adore tous les aspects de la facilitation de dynamique de groupe et la facilitation graphique. Je suis convaincu que la base de tout reste la communication.

Je pense que le métier de coach Agile ne devrait qu’être temporaire, non pas par choix, mais parce que l’objectif et de devenir inutile pour une équipe selon moi, et que cette façon d’être et cette approche devrait trouver sa place dans l’enseignement. Il va donc s’en dire que beaucoup d’entre nous n’auraient plus de raison d’exercer ce métier. Ce serait par conséquent à nous (les coachs Agiles) de nous adapter et d’évoluer.

 

Qu’est-ce qui t’a motivé à devenir coach agile ?

Ça s’est fait assez naturellement. Dès lors qu’à la base, tu as plus de satisfaction à aider les autres à réussir, c’est déjà un bon indice, en tout cas pour moi ça l’a été. Alors quand tu peux faire en sorte que ton travail soit de rendre le quotidien professionnel plus simple pour leur permettre de mieux réussir ce qu’ils font aujourd’hui alors tu fonces !

 

Comment as-tu découvert l’approche agile ?

Je dirais que j’ai découvert l’approche agile dans la douleur, mes deux premières expériences ont piqué un petit peu, pour ainsi dire.

Sur la première expérience, la personne en charge de faire appliquer une méthode Agile (oui je n’ai pas dit « coach »), est arrivé en disant aux acteurs, « l’Agilité c’est ça ! », avant de déballer le Scrum guide. Puis il assistait aux cérémonies pour vérifier que l’on suivait bien ses préceptes, malgré les questionnements remontés directement. Mais bon, à ce moment-là, nous n’étions que de pauvres personnes qui ne connaissaient pas. Et, bien évidemment, il y avait un mur en face et nous avons couru tête baissée contre lui. Douloureux !

La deuxième expérience a été pour nous aider à gérer notre travail. « Vous allez faire de l’agile en utilisant un board dans lequel vous mettez tous les sujets sur lesquels vous êtes et surtout vous mettez à jour, ça va vous aider, on fait ça pour vous ». Début, milieu et fin de discussion inclut dans cette citation. Il s’avère que le board était surtout là pour que les chefs puissent « chefer », la seule communication existante étant « mettez-le à jour ».

« L’approche et la communication ont clairement fait défaut sur ces deux premières expériences, mais cela a été finalement un superbe enseignement. » 

Si je m’arrêtais là on ne comprendrait pas qu’aujourd’hui je puisse baigner aussi bien dedans. Je fais long mais voilà la troisième expérience que je vais te raconter :
Grâce à un projet d’intraprenariat pour lequel j’ai réussi à avoir des fonds en interne, j’ai pu recruter une équipe pour une application mobile avec de l’IoT. Nous sommes partis sur un mode d’organisation proche du framework Scrum avec quelqu’un pour me faire monter en compétence dans un rôle de PO et me faire découvrir cette façon de travailler. Tout était tellement fluide avec l’équipe qu’au bout de quelques semaines je me suis dit « plus jamais comme avant ». Dès lors, je suis devenu un convaincu par l’approche agile !

 

Quels enseignements de l’agile ont été marquants pour toi ?

Cela m’a conforté sur l’importance des interactions et donc de la communication.
Au-delà de cela, nous passons une grande partie de notre temps au travail. Alors, pourquoi continuer dans la douleur lorsqu’il est possible d’améliorer notre fonctionnement pour en faire quelque chose d’agréable ?

 

Pour nos lecteurs qui veulent se lancer dans l’agile, par où ou par quoi leur conseillerais-tu de commencer ?

Commencez par prendre du recul sur ce que vous êtes en train de faire, levez la tête du guidon. Essayez aussi de vous projeter à une place d’observateur. A partir de là, autorisez-vous à être étonné et ne perdez jamais ce sentiment.

« Le bon sens vous guidera sur les petits pas à faire, afin d’acquérir une démarche d’amélioration continue.  » 

Je ne cesse de le dire : prêtez attention à votre communication !
L’élément primordial dans la communication, c’est d’échanger une information, une idée. Pour cela, il faut prêter attention aux autres. Celui qui parle sait ce qu’il veut dire, cela lui semblera toujours clair. En revanche, celui qui reçoit le message, lui, est tributaire des mots et de la forme choisis. Il faut donc veiller à parler pour que les autres nous comprenne, pas uniquement pour soi-même.

 

Raconte-nous une anecdote ou une transformation agile qui t’a marquée ?

Comme expliqué précédemment, lorsque j’ai appliqué la méthode correctement lors de mon expérience entrepreneuriale alors la magie a réellement opéré. Un bon accompagnement est souvent la clé de l’adhésion à une transformation agile réussie.

 

Si tu avais une baguette magique pour changer le monde de l’entreprise, par quoi commencerais-tu ?

Déjà sache que j’aurai une baguette magique hyper stylée, mais tout en restant sur des matériaux naturels !

Plus sérieusement, il s’agit là d’une vaste question, à laquelle il n’y a probablement pas LA bonne réponse.

« Je dirai que je changerai l’état d’esprit général, à tous les niveaux.  » 

Que ce soit sur la perception de la façon dont on travaille, tout comme le schéma qui veut que pour évoluer tu sois presque obligé de changer de métier. In fine, je crois que c’est d’abord un changement collectif, impliquant toutes les personnes de l’entreprise afin que tout le monde travaille ensemble, et non pas certaines personnes contre d’autres.

C’est fou l’énergie que l’on dépense à vouloir contrôler un système quand celui-ci ne demande qu’à évoluer !

 

Quel conseil donnerais-tu à une organisation qui veut devenir agile ?

Testez ! Testez ! Testez encore !
Ne vous braquez pas si tout n’est pas exactement planifié à la virgule près, à la minute près. C’est le meilleur moyen de ne jamais progresser. D’ailleurs, un enfant ne s’interroge pas s’il doit changer pour marcher, parler, danser, dessiner, etc. Il le fait, c’est tout !

Le travail n’est rien d’autre qu’une composante de votre vie, faites comme vous avez toujours fait, en essayant et en apprenant. Et si possible, commencez par le haut de la pyramide sinon ça « marchotera », au mieux.

 

Quels sont pour toi les prochains défis des entreprises, en termes de culture ?

Créer de l’engouement pour l’entreprise. Cela ne peut passer que par une évolution majeure. Il faut être capable de se poser la question : « pourquoi nos employés quittent l’entreprise ? », et surtout s’atteler à y répondre en enlevant les excuses que l’on se sent mieux. Si on est capable de cela, alors on pourra aborder de nouvelles pistes pour devenir encore meilleur.

 

Quels sont tes prochains défis personnels ?

Danser au spectacle de mon école de danse devant 900 personnes, réaliser des facilitations graphiques didactiques sur différents sujets et monter des ateliers de partages sur l’ennéagramme.

 

Wow, c’est inattendu ! Quelles danses pratiques-tu ?

Concernant les danses, j’ai dansé sur scène salsa, Kizomba, rata, Afro et hip-hop. Pour le prochain spectacle ça ne sera que Afro et Hiphop.

 

Quelle est ta phrase inspirante du moment ?

« None but ourself can free our mind » – Bob Marley.

Ce n’est pas du moment, c’est un peu en continue !

 

Qu’est-ce que tu lis actuellement ?

Alors en cours de lecture, il y a la 5ème discipline de Peter SENGE, imparfait libre et heureux, les Quatre accords toltèques de Don Miguel RUIZ et le Petit Prince, le classique d’Antoine De SAINT-EXUPERY.
A lire aussi sur le blog : Découvrez ou redécouvrez les 4 accords toltèques !

 

Pour les lecteurs de l’Oeil de Coach, pourrais-tu nous livrer une anecdote insolite de ta vie professionnelle ?

Ça doit rester quelque chose d’avouable je suppose…

Je dis ça pour me donner un côté mystérieux, en vrai pendant que je parle je cherche, mais ce n’est pas très efficace comme méthode. Ah ça y est j’en tiens une ! En fait non !
Soit je ne vis pas grand-chose d’insolite, soit j’y suis trop habitué. C’est insolite d’emmener une équipe faire du saut à l’élastique pour une rétro ?

 

L’interview est désormais terminée. As-tu quelque chose à rajouter ?

Déjà, le temps passe si vite. Hum j’ai juste une question, tu mets vraiment des monocles dans la vie de tous les jours ?

 

De temps en temps, lors de mes sorties en public ! 🧐

 

Merci Geoffrey pour cette entrevue.

De rien, Coach ! ☺

 

Pour rester en contact avec Geoffrey GUILLOCHIN – Coach agile :

Source image : Martial SEGURA

Avez-vous aimé cet article ? Partagez-le !
Et, pensez à vous abonner à la newsletter gratuite de l’Oeil de Coach.
😉

 

……… ✂……………………………… ✂………………………………… ✂…………………………………

Envie d’aller plus loin ?

……… ✂……………………………… ✂………………………………… ✂…………………………………

Laisser un commentaire :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.